Header image

138 rue de Pessac 33000 Bordeaux

Tél: 05 57 81 62 40 - Fax : 05 57 81 62 41

s3bor@snes.edu - twitter :@SNESBordeaux

FSU
line decor
  
line decor
 
   
Permanence SNES

du lundi au jeudi de 14h à 17h30 et le vendredi de 14h à 17h
 
fsu SNES


 
 

COpsy

 

PSY-EN stagiaires

Documentation spéciale pour les PSYEN stagiaires - rentrée 2017

Evaluation des personnels

Le ministère a présenté au CTM du 22 mars l’arrêté cadrant l’évaluation des personnels d’enseignement, d’éducation et de psychologie. Cet arrêté précise le déroulement des rendez-vous de carrière et contient les différents modèles de grilles de compte rendu d’évaluation qui s’appliqueront aux personnels. Le ministère a décidé, contre l’avis du SNES-FSU, de ne pas soumettre au vote des élus du CTM ce texte. Le SNES-FSU est cependant intervenu sur le contenu des grilles et a déposé un vœu pour porter la voix des personnels. Il poursuit son action pour obtenir des améliorations des grilles.

Cet arrêté cadre les rendez-vous de carrière en détaillant les dispositions du décret statutaire.

iIl correspond à l'article 19 du Décret  n°2017-120 du 1er février 2017 portant dispositions statutaires relatives aux psychologues de l’éducation nationale. Ainsi, il est précisé que les personnels seront informés, avant la fin de l’année scolaire, de la programmation d’un rendez-vous de carrière l’année suivante. Un mois avant le début de celui-ci, ils recevront les modalités de ce rendez-vous :  date de l’entretien le DCIO ­. Une première notification leur donnera 21 jours pour formuler des remarques sur le compte rendu d’évaluation préparé par les évaluateurs. L’appréciation finale du recteur (ou du ministre) leur sera notifiée dans les quinze premiers jours de la rentrée scolaire suivante.

La Procédure d’appel : Les personnels disposeront alors de 30 jours pour faire appel auprès du recteur (ou du ministre) de cet avis. Le recteur (ou le ministre) aura ensuite 30 jours pour donner une réponse individuelle (une absence de réponse vaut réponse négative). Après notification de cette réponse (ou non-réponse dans les 30 jours), les personnels disposent à nouveau de 30 jours pour faire appel de cette décision devant la CAP compétente. À l’issue de cette procédure, l’appréciation finale sera prise en compte pour prononcer en Commission Administrative Paritaire  les avancements d’échelon et l’accès à la hors-classe. Cela correspond à l'article 20 du Décret  n°2017-120 du 1er février 2017 portant dispositions statutaires relatives aux psychologues de l’éducation nationale.  Le SNES-FSU acte positivement que le compte rendu d’évaluation puisse faire l’objet d’observations de la part du personnel concerné et d’un appel en CAP, la situation actuelle ne permettant aucun recours sur la note pédagogique.

https://www.snes.edu/Evaluation-Un-cadrage-des-evaluateurs-pour-eviter-les-debordements.html#psyen

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/2/1/MENH1635376D/jo

info rapide N°16 de mars 2017

Circulaire de recrutement des DCIO

Info rapide N°15 de mars 2017

Corps des psychologues de l'éducation nationale

Le ministère vient de mettre en ligne des éléments sur le recrutement et la spécialisation :

GT du 30 juin 2016

Marie Agnès Monnier, responsable de catégorie COPSsy/DCIO et Xavier Marand, secrétaire général adjoint
La revendication d'un corps unique des psychologues de la maternelle à l'université que le SNES et la FSU portent depuis près de 30 ans devrait enfin aboutir, malgré de nombreux obstacles que le SNES s’est employé à lever.

Le groupe de travail du 30 juin 2016 a examiné deux textes :

  • l'article du décret portant sur les missions
  • le document de cadrage de l’année de formation des futurs psychologues de l’Éducation nationale.

Suite à nos interventions, les premières propositions du ministère, inacceptables car sans rapport avec les référentiels pourtant actés en groupe de travail, avaient déjà évolué positivement avant la tenue de ce GT. En séance, la FSU a fait de nombreuses propositions d’amendements sur les deux textes.

La prochaine étape de discussion porte sur la rédaction de l'ensemble du décret.
Le SNES-FSU sera attentif à ce que la rédaction de ce décret soit en conformité avec les textes actés lors des GT qui se sont déroulés depuis 2013.

Concernant les rémunérations, le SNES-FSU continue de revendiquer que les psychologues de l'EN soient rémunéré-e-s selon la même grille que celle des professeurs Agrégés. Lors du groupe de travail du 30 juin, le directeur de cabinet a, pour la première fois, laissé entendre qu'une revalorisation des indemnités des futurs psychologues de l'EN du second degré était envisageable. Il faut donc continuer à peser pour obtenir la concrétisation de cette avancée.

Pour cela, le SNES-FSU et le SNUIPP-FSU ont décidé de lancer conjointement une pétition pour faire corriger l'injustice que constitue l'attribution d'une indemnité aux psychologues du second degré 4 fois moins importante que celle attribuée aux psychologues du premier degré.

Flash info académique de mai 2016

Communiqué aux équipes des établissements scoalires et des services concernés du département de la Dordogne

COPSYcongres2016

La dernière ligne droite est commencée pour voir se concrétiser la réalisation du corps unique des Psychologues de l’Éducation Nationale avec la parution du décret en septembre : Marie-Agnès Monier, responsable du collectif national de la catégorie COPsy DCIO, est venue le rappeler à la tribune du Congrès National du SNES-FSU à Grenoble.

 

Le point sur les CIO de Dordogne

la situation des CIO de Dordogne avec le désengagement du Conseil Départemental de la Dordogne. Ce désengagement concerne les CIO de Périgueux, de Nontron et Ribérac. Cette annonce est survenue brutalement  sans annonce préalable, sans concertation des personnels. Au mépris de la réglementation car face à une demande d’une collectivité de ne plus assumer la charge d’un ou plusieurs CIO départementaux, seules deux solutions juridiques s’offrent à l’État (cette question a été arbitrée par le conseil constitutionnel le 13 juillet 2011) :
  • Soit le ministère décide la transformation du ou des CIO concernés en services d’État en assurant intégralement les coûts de financement, notamment si le CIO concerné était le seul du département (en effet, l’article L. 313-4 du code de l’éducation précise que « dans chaque département est organisé un centre public d’orientation scolaire et professionnelle (ancienne dénomination des CIO) »). Cette transformation en CIO d’État revêt la forme d’un arrêté du ministre chargé de l'éducation ;
  • Soit le ministère ne reprend pas à sa charge le ou les CIO concernés, auquel cas la collectivité territoriale et l’État doivent en organiser la fermeture. Dans ce cas de figure, un arrêté conjoint du ministère del’éducation et du ministère du budget doit être pris pour officialiser la fermeture du CIO. Mais il est juridiquement impossible d’imposer à un Conseil Départemental de continuer indéfiniment à assumer la charge du financement d’un CIO lorsqu’il a expressément fait connaître à l’État son souhait de se désengager. Mais le financement du département ne peut être interrompu qu’une fois l’arrêté de fermeture publié.

Notre catégorie, avec l'appui du S2 Dordogne, a demandé une audience à M. PEIRO, Président du Conseil Départemental de la Dordogne, pour connaître les raisons de cette situation incompréhensible, malgré le seul aspect financier avancé, et connaître les propositions pour garder des services d'orientation digne de ce nom dans ces secteurs et ce département en grande difficulté économique et sociale.

Notre catégorie, avec l'appui du S2 Dordogne, soutient les collègues des CIO de Périgueux, de Nontron et Ribérac, pour se mobiliser et porter les valeurs de notre métier et de nos services !

Demande d'audience avec le Président du Conseil Départemental de Dordogne

Réponse au SGEN sur la problématique de la mise en place du corps unique de PSYEN

Paris, 23 et 24 juin 2016, 4ème colloque des psychologues de la FSU. Figures de l'autre et construction du sujet : quelle place pour les psychologues et la psychologie aujourd'hui ?

L'argument : « Devant les difficultés croissantes du « vivre ensemble » illustrées par la tendance au repli communautaire, le rejet des différences, les agressions, l’horreur des attentats dans notre quotidien, la question se pose de la place de l’Autre dans le développement et le fonctionnement psychique du sujet.

A l’heure où la tendance est au repli sur soi, sur la famille, sur la communauté, sur les plaisirs de la consommation, comment pouvons-nous, en tant que psychologues dans des institutions représentant la démocratie, l'État de droit et le respect de la diversité et de la laïcité, continuer à promouvoir l’autonomie des individus, soutenir leur processus de subjectivation, leur esprit critique et leur capacité à s’ouvrir à l’autre et vivre en-semble ?

L'irruption de ces formes de violences dans une société dominée par les lois du marché, le culte de la performance et la recherche de la satisfaction immédiate voire absolue, n’est-elle pas la rançon de la volonté d’éliminer cet Autre en le transformant en objet, ce qui laisse le sujet face au vide et à la peur ?

Nous proposons d’examiner l’impact psychologique des conceptions néolibérales et des tentatives d’enrôlement du sujet à ces valeurs, dans le développement de la personnalité des enfants et des adolescents, ainsi que dans le travail, où les prescriptions normatives, qui s’adressent à un « on » standardisé cherchent à rem-placer le « nous », humain et collectif, porteur de conflictualité, de créativité et de mobilisations collectives

Dans ces contextes, quels repères les psychologues peuvent-ils se donner dans leur positionnement et leurs pratiques ? C’est ce que nous aborderons en nous appuyant sur des interventions de chercheurs et sur les débats et réflexions entre psychologues exerçant dans le champ de l’éducation, de la protection judiciaire de la jeunesse, de l’administration pénitentiaire et du travail. » Lire la suite …

 

 
 

 


 

COPsy


Responsables de catégorie

COSPY/DCIO